Vous êtes ici

De l'importance des mots L'édito

Il aura suffi de quelques mots, au fil d’un article, pour subir une redoutable piqure de rappel : l’ampleur et la nature des violences faites aux femmes sont encore loin d’être comprises... Comment peut-on encore parler de « crime passionnel » pour décrire le meurtre d’une femme ou bien de « type formidable » pour dédouaner le meurtrier ? Comment les médias peuvent-ils reprendre à leur compte ces mots indignes ? On connait la réponse : tant que les phénomènes de violences faites aux femmes ne seront pas méthodiquement décryptés, le « victim blaming » polluera toujours autant les articles de presse et les conversations. En attendant, la vigilance des associations et la mobilisation citoyenne - notamment sur les réseaux sociaux - permet de dénoncer sans cesse ces abus de langage...

Marie-Pierre Badré,
Présidente du Centre Hubertine Auclert, déléguée spéciale à l'égalité femmes-hommes à la Région île-de-France

 

  • Un édito à découvrir également dans la Cybertine #150...
  • Si vous n'êtes pas encore inscrit-e à la Cybertine : cliquez ici

Restons en contact

S’abonner à la newsletter