Vous êtes ici

Les écrits restent... L'édito !

La lutte contre les violences faites aux femmes est un sujet qui mobilise intensément les médias ces dernières semaines, et c’est tant mieux ! Pourtant, il est une violence, plus symbolique, qui est loin de susciter la même unanimité : l’invisibilité des femmes dans la langue française ! Le débat sur l'écriture inclusive a au moins le mérite de souligner cette réalité... Et même s'il est légitime de s’interroger sur la pertinence de l’enseignement de nouvelles règles orthographiques en école élémentaire, cela ne doit pas masquer les enjeux essentiels. Encourager la féminisation des noms de métiers et de fonctions, permettre aux enfants d’avoir une vision du monde plus égalitaire et enfin, interroger la règle qui stipule que le masculin l’emporte sur le féminin !

Finalement, il n’y a rien d’étonnant à ce que ce sujet fâche et passionne autant : la langue, le verbe, les mots sont au cœur même de notre identité et notre apprentissage culturel. Ils façonnent notre monde et orientent imperceptiblement notre pensée, nos convictions, nos désirs. Mais c’est aussi dans un tourbillon de mots que la parole des femmes se libère aujourd’hui et révèle tant de violence subie… Parce que la langue nous reflète et nous façonne, il est temps de la libérer !

Marie-Pierre Badré,
Présidente du Centre Hubertine Auclert

 

Restons en contact

S’abonner à la newsletter