Vous êtes ici

Retour sur l’accueil de la délégation suédoise : des mesures novatrices dans la lutte contre la prostitution et les violences intrafamiliales

Retrouvez ci-dessous un résumé de la visite de la délégation suédoise invitée par l'ORVF

 

Les 19 et 20 mai 2014, l’Observatoire Régional des Violences faites aux Femmes (ORVF) du Centre Hubertine Auclert a accueilli une délégation suédoise d’expert-e-s associatifs et institutionnels en matière de lutte contre les violences faites aux femmes. Avec cette venue de la délégation de la Suède l’ORVF a inauguré son cycle de « Rencontres Internationales » qui ont pour objectif de présenter au public francilien des mesures novatrices mises en place dans d’autres pays pour lutter contre les violences faites aux femmes, et de favoriser un dialogue entre les professionnel-le-s français et leurs homologues étranger-e-s.

 

La Rencontre avec la délégation suédoise a débuté avec une conférence publique qui s’est tenue au Conseil Régional d’Ile-de-France dans le cadre des Journées de l’Egalité. Cette conférence s’est déroulée autour de deux tables rondes, première dédiée à la lutte contre la prostitution et la traite des femmes à des fins d’exploitation sexuelle et la deuxième à la lutte contre les violences intrafamiliales.


Cette conférence a été débutée par Jenny Westerstrand, chercheuse à l’Université d’Uppsala, qui a présenté un aperçu général, avec une perspective historique, de la politique suédoise en matière de lutte contre les violences faites aux femmes qui a débuté dès 1250 quand le roi Binger Jarl a promulgué une loi sur les violences envers les femmes, interdisant le viol et l'enlèvement.

Dans le cadre de la première table ronde, Katarina Folestad et Ylva Johansson, procureures générales au Parquet International de Stockholm, ont présenté la loi adoptée en Suède en 1999 interdisant l’achat d’actes sexuels, ses résultats ainsi que le travail du Parquet International dans le démantèlement des réseaux de traite et de proxénétisme.  Stéphanie Thögersen, coordinatrice de projet au Lobby Suédois des Femmes, a apporté un éclairage sur l’accompagnement social des femmes en situation de prostitution et des victimes de la traite ainsi que la mobilisation des associations contre l’achat d’actes sexuels par les Suédois à l’étranger. Grégoire Théry, secrétaire général du Mouvement du Nid a réalisé une mise en perspective des présentations suédoises avec le projet de la loi française, adoptée par l’Assemblée Nationale et actuellement étudiée par le Sénat, pénalisant l’achat de l’acte sexuel, qui s’est inspiré de l’expérience suédoise.

Dans le cadre de la deuxième table ronde consacrée aux violences intrafamiliales, Pia Modin, coordinatrice du dispositif contre les violences faites aux femmes de la municipalité de Stockholm, a présenté les initiatives de la ville dans la mise en réseau de différents professionnel-le-s travaillant sur ces questions ainsi que dans l’accompagnement et l’hébergement des victimes de plusieurs types de violences intrafamiliales (violences conjugales, crimes d’ « honneur », etc.). Karin Svensson , présidente de l’association ROKS ( Réseau suédois des centres d’accueil pour les femmes victimes de violences), a fait le focus sur deux volets particuliers du travail de cette association féministe : accompagnement et hébergement des victimes de l’inceste et des femmes d’origine étrangère qui ont des difficultés à faire valoir leurs droits. Peter Söderström, coordinateur de projet à l’association "Hommes pour l’égalité de genre" a souligné l’importance de l’implication des hommes dans le travail de prévention des violences faites aux femmes ainsi que du travail sur ces questions avec les jeunes, notamment via le travail de la déconstruction des stéréotypes sexistes.

Marie Cervetti, directrice de l’association FIT : une Femme, un Toit a conclu cette table ronde en présentant des dispositifs mis en place en France pour lutter contre les violences intrafamiliales. 

 

Dans le cadre de ce séjour en France, la délégation suédoise a pu également échanger avec les professionnel-le-s impliqué-e-s dans l’accompagnement des femmes victimes de violences dans le département de la Seine-Saint-Denis dans le cadre d’une rencontre organisée par l’ORVF en partenariat avec la Mairie de Montreuil et l’Observatoire départemental des violences envers les femmes de la Seine-Saint-Denis. La délégation a été accueillie par Patrice Bessac, Maire de Montreuil, Riva Gherchanoc, adjointe déléguée à la santé et à l'égalité Femmes - Hommes et Djénéba Keita, présidente du Centre Hubertine Auclert.

Un temps d’échange a été également organisé avec Abdelhak Kachouri, Vice-président du Conseil Régional d’Ile-de-France chargé de la citoyenneté, de la politique de la ville et de la sécurité, et des conseiller-e-s régionaux impliqué-e-s dans la lutte contre les violences faites aux femmes ainsi qu’avec Monique Orphé, Vice-présidente de la délégation de l'Assemblée nationale aux droits des femmes et à l'égalité des chances entre les hommes et les femmes.

 

  • Le compte-rendu des mesures novatrices présentées par la délégation suédoise sera disponible prochainement sur le site du Centre Hubertine Auclert.

 

Restons en contact

S’abonner à la newsletter