Vous êtes ici

Théâtre Forum « Ondes de choc » de la compagnie Entrée de jeu, à destination des jeunes  

Présentation

La compagnie Entrées de Jeu propose depuis 1997 des interventions théâtrales, pour répondre à des commandes sociales de multiples organismes et associations sur des thématiques variées. Le débat théâtral Ondes de choc a été créé par la compagnie, en collaboration avec le Centre Hubertine Auclert dans le cadre d’un projet de prévention lié à la campagne contre le cybersexisme chez les adolescent·es.   

Ce débat théâtral présente quatre scènes afin de sensibiliser les élèves aux mécanismes et aux enjeux du cybersexisme :   

  • Belle et rebelle 

Sur la toile, Kenza a créé un tuto qui la rend populaire mais elle subit en permanence de la part de ses camarades et d’inconnus des remarques sur son physique et des propositions, voire des injonctions, à caractère sexuel. Un jour, dans les couloirs de l’établissement scolaire, elle en vient aux mains pour se défendre de trop d’humiliation et se fait punir par un surveillant. Comment aider Kenza à trouver un autre mode de défense ?  

  • Coup pas franc 

Camille, un jeune garçon, devient la cible de moqueries homophobes suite à un match perdu par son équipe. Certains de ses camarades créent un faux profil Facebook à son nom pour l’humilier. Camille décide d’ignorer ces affronts. Il finit par s’isoler et sécher les cours. Comment aider Camille à retrouver confiance en lui ?  

  • L’avatar a bon dos  

Anaïs aime jouer aux jeux vidéo en ligne avec son ami Tim. Via son avatar, elle subit des propos sexistes et se voit exclue de certains combats sous prétexte qu’elle est une fille. Elle s’en plaint mais personne ne semble la comprendre ni ses parents qui préfèreraient qu'elle ait des occupations plus féminines, ni son meilleur ami qui minimise la situation. Vers qui pourrait-elle se tourner pour échanger sur ses problèmes ? Comment peut-elle renouer le dialogue avec famille et ami·es ?   

  • La revanche  

Mat veut se venger d’Inès qui l’a quitté, en diffusant des photos à caractère intime sur internet. Inès tente de répondre mais finit par sombrer et tout le collège s'en mêle. Rayan et Elisa, leurs camarades, s’inquiètent mais sont désemparé·es. Comment sortir de cette guerre des écrans ?  

Le spectacle est suivi d’un débat entre les comédien·nes et les élèves. Débat-théâtral accessible à partir de la 5e.  

Usage

Ondes de Choc a permis jusqu’ici de sensibiliser plus de 1 000 jeunes de la région Île-de-France. Les collectivités peuvent donc s’emparer de cet outil, à la fois ludique et dynamique pour financer des actions de sensibilisation à destination des adolescent·es de leur territoire, dans le cadre scolaire ou périscolaire. Le cybersexisme chez les jeunes est une violence à ne pas négliger :  

  • 20 % des filles (13 % pour les garçons) rapportent avoir été insultées en ligne sur leur apparence physique (poids, taille ou de toute autre particularité physique).  
  • 17 % des filles et 11 % des garçons déclarent avoir été confrontées à des cyberviolences à caractère sexuel par le biais de photos, vidéos ou textos envoyées sous la contrainte et/ou diffusées sans l’accord et/ou reçues sans en avoir envie. Cela concerne ainsi près de trois filles et deux garçons dans chaque classe.  

Pour plus d’information, contacter la compagnie Entrées de Jeu.   

Action complémentaire

L’association Dans le Genre Égales, membre du Centre Hubertine Auclert, propose des ateliers de prévention au cybersexisme et au cyberharcèlement. L’association, créée en 2001, développe des activités de promotion de l’égalité entre les femmes et les hommes et les filles et les garçons. Parmi ses activités, elle organise notamment des formations et des ateliers de prévention, mais aussi des stages de responsabilisation et « La Caravane de l’égalité ».  

Les ateliers de prévention au cybersexisme et au cyberharcèlement sont destinés aux adolescent·es, dans le cadre scolaire ou dans les structures jeunesse. La sensibilisation se décompose en deux ateliers distincts ; un atelier de déconstruction des stéréotypes sexistes, notamment sur internet et les réseaux sociaux ; et un atelier de compréhension des cyberviolences et du cybersexisme à travers le visionnage de courts-métrages adaptés.  

Restons en contact

S’abonner à la newsletter